Magnolia

 

 

ae_magnolia_dhiver_2010_10_04_001_l

Jeune Magnolia grandiflora. Jardin des plantes de Paris. 4 oct 2010. Encre de Chine et calame sur papier calligraphie Clairefontaine, 24X30 cm. Croquis de Marie-Lydie Joffre

Quand j’ai vu ‘Magnolia’. J’ai été un peu en colère contre vous, pour m’avoir dérobé l’image de « mon Magnolia à moi ». Je le chéris si grand en fleurs, que je vous en ai voulu de ces branches et de ce foisonnement direct et appuyé si fort, planté en largeur massive, poussant si vite et si droit… Et puis il y a eu la rencontre avec d’autres traits. Tout d’abord une branche qui vous surprend puisque l’on semble avoir voulu la rajouter là. Que veut-elle dire ? Est-elle accompagnée d’autres de ses semblables ? Et que veulent-elles dire… Celle-ci qui pousse là, au milieu et à l’opposé en même temps, en sens inverse, en dépit de toute logique, elle qui s’installe là si impatiemment, d’un ton si péremptoire, vindicatif, en force ou en douleur, de femme…? Respire-t-elle… ? On dirait qu’elle abrite un être fatigué, ou alors en méditation, un être ou une spiritualité, une philosophie, quelque chose à dire sur les arbres et la façon dont ils poussent, ce qu’il leur faut pour vivre et aimer la vie, pousser des fleurs sur leur poitrine lorsqu’ils ont le dos… avec une racine -ou- enraciné ? Est-ce un enfant sur ses genoux, ou le fruit de mon imagination, de la sienne…
Et cette autre qui est à naître de quelque chose qui se veut branche, feuille, oiseau, horizon et vent à la fois…
Et puis une autre, qui grandit en deux rondeurs, deux traits parallèles que je reconnais, enfin, que je devine tout en le reconnaissant. Il raconte l’histoire d’autres de vos peintures, une autre idée de la beauté, qui va toujours avec mon sourire…
Et ces feuilles derrière, semblant vouloir dire, ‘je suis un arbre’, mais celles-ci me semblent naître de quelque chose de bien plus insaisissable, le vent peut-être qui emporte d’autres branches avec lui, ou peut-être une cape, des cheveux-branches de femme y flottant.

On comprend mieux alors pourquoi les premières branches se dressent ainsi avec de force, c’est leur souffle, à l’intérieur, qui a tant à dire.

Je croyais les magnolias bien plus tranquilles que cela ! ;-))
En tout cas, je ne les regarderai plus de la même façon…

E. Damnon

 

Présentation d’une peinture et d’un dessin de Michel Puech

Exposition

dessins, peintures, gravures de

Michel Puech

du 16 au 25 septembre 2016

Chapelle des Pénitents, 34660 Cournonterral

Michel_Puech_toile affiche_L_600

Exil. Peinture à l’huile sur toile 90x70cm, juillet 2014

Michel Puech, peintre et graveur, est inspiré par l’art informel et l’estampe. Jaillissante de lyrisme, pourtant toute en retenue, sa peinture ! Animée de circonvolutions, pourtant rigoureuse, sa gravure ! Les deux expressions artistiques entrant en résonance via la passion de l’artiste pour les lignes du dessin. 

La peinture d’une apparition de fleur extra terrestre, voilée de soie aux couleurs d’états d’âme, ondoie d’effervescence sur un fond aquatique. Au coeur du fourreau, torturé en douceur d’allégories oniriques, une trouée de ciel limpide comme un lac de montagne, aimante la curiosité d’un petit peuple larvaire et de flammes d’oiseaux d’eau douce, autour du point de fuite. 

La chair de la corolle se drape d’un plissé coquille aux célestes nuances pastel. Dans les ondulants sillons des draperies, éclosent des métamorphoses organiques : cascades de carcasses d’oiseaux, coulures de monstres embryonnaires, larmes secrètes, perles d’yeux, efflorescences d’humeurs, lamentations de pénitents gisants, déchirures… On est ici dans les flux intimes de la vie, au plus près du trouble de la touche de peinture fondée sur les méandres de l’inconscient, au profond de la sensibilité, dans un espace de spiritualité.

Michel_Puech_noir 2_L_600 Galère de l’imaginaire. Dessin au pinceau et encre de Chine sur toile, 80x80cm, mars-avril 2015

Voici le dessin d’un voilier baroque, réalisé au pinceau et à l’encre de Chine sur une toile à peindre. Un solide graphisme sous-tend la grâce tout en courbes des souffles du pinceau propulsé d’encre de Chine. Exubérance du vent dans les voiles, et toute une mythologie de l’imaginaire dans la subtilité des décorations dont certaines paraissent éraflées à la plume d’oiseau.

 

Galère de l’imaginaire Mirage en partance pour l’exil ? Le ciel broie du noir, souligne d’une arabesque transversale l’apesanteur fantomatique du vaisseau. Parmi les voiles boursoufflées, une vigie en proue fait le gué. En poupe, un sarcophage ? Des formes d’oiseaux, de feuilles, virevoltent, tandis qu’un spectacle de contes se déroule sur le pont en scène de théâtre, garni de bas-reliefs chimériques.

La trouée noire de nuit, au centre de l’oeuvre, ouverture symbolique souvent réitérée dans le travail de l’artiste, serait-ce la trace visionnaire d’un oeil énuclée ? Ici, elle est scandée de fils arachnéens où s’accroche un soleil cramoisi qu’un aigle ose fixer. Des gouttes de sang rejaillissent dans les ornements du décor. On navigue dans le monde des ombres, immergé dans l’esprit de l’encre, si près des actes de l’écriture !

 

Ce dessin ouvre la voie à la mutation du graphisme dans les récents dessins à l’encre de Chine de l’artiste. Les massives cathédrales de lacis amoureux, semblent peu à peu se dénouer de la matière, prendre leur envol pour ressurgir sous forme d’ellipses fuselées, soyeuses, exacerbées d’aiguillons en becs d’oiseaux, cris aigus intériorisés vibrant à la blanche clarté du support sous la danse des lignes en liberté.

 

L’art de Michel Puech est de la nature de l’esprit, texturé de l’indéfini sans cesse renouvelé de la poésie.

 

Marie-Lydie Joffre 

août 2016

 

 

 

 

Sélection d’oeuvres de Michel Puech sur le site : http://michelpuechloeilagite.jimdo.com/

PRIMAVERA 20-03-2016 Jardin des Plantes de Montpellier, INVITATION dessins originaux d’arbres

Primavera_2016_cartonBonjour,

A l’occasion de la Journée PRIMAVERA du Jardin des Plantes de Montpellier, dimanche 20 mars 2016, de 10h à 18h, je présenterai à l’Institut de Botanique, dans le Hall de l’amphithéâtre, une sélection de dessins originaux d’arbres du Jardin que je croque sur le vif à l’encre de Chine et au calame… depuis 16 ans…

Je présenterai aussi des livres et albums de dessins d’arbres en résonance avec des poèmes d’écrivaines. Primavera_2016_livres_albums_Liens_3

Si vous passez par là le 20 mars prochain, je serais ravie de vous rencontrer

Mes amitiés,

Marie-Lydie

ZELKO_L_400Zelkova du Jardin des Plantes de Montpellier

 

Regard sur l’oeuvre de Vieira da Silva

J’ai le plaisir de vous présenter deux publications parues dans la revue « étoiles d’encre » n° 57-58 des éditions Chèvrefeuille étoilée.

Une mise en perspective subjective de l’art de Vieira da Silva

« Grenouille », un poème de Huguette Bertrand en résonance avec une PastelLithe

 

DA_SILVAParis la nuit, huile sur toile de Vieira da Silva. 1951, 54x73cm. Extrait panoramique de l’oeuvre

Article_sur_Vieira_da_Silva_p1

Article_sur_Vieira_da_Silva_pages_172_173

Article_sur_Vieira_da_Silva_pages_174_175

 

grenouille_2

 

GrenouillePastelLithe de Marie-Lydie Joffre

 

 

Bleu 2 de Miró. Interaction du fond et du sujet en peinture (4)

Suite et fin de de l’entretien « Interaction du fond et du sujet en peinture »

Bleu 2 de Miró

Miro_Bleu2Bleu II. Huile sur toile, Miró, 1961, 270×355 cm, Musée national d’art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris. Cette oeuvre est le numéro deux d’un triptyque.

 

Je commençais par dessiner au fusain dès le petit matin. Je consacrais le reste de la journée à me préparer, puis, enfin, je me mettais à peindre. Le fond d’abord… Les mouvements du pinceau, du poignet, la respiration de la main, tout comptait. Ce combat m’épuisait. Miró

Miró a recouvert la totalité des toiles grand format de son triptyque, Bleu I, II, et III, du bonheur de se perdre dans l’ampleur d’un bleu méditerranéen. La couche picturale est légère, et le bleu qui paraît uniforme au premier abord, est moiré. A partir de ce fond, l’artiste a distribué les éléments de ses compositions decrescendo. Il est important pour moi d’arriver à un maximum d’intensité avec un minimum de moyens. D’où l’importance grandissante du vide dans mes tableaux. Miró.

Miró, de retour d’un voyage aux Etats-Unis, est inspiré par l’Action painting de Pollock et par l’Expressionisme abstrait de Rothko. Mais chez lui, les formes ne sont jamais totalement abstraites, elles restent reliées à la vie, à la nature, aux constellations…

Bleu I fait jongler des planètes ténébreuses dans toute l’étendue du support.

Bleu III est l’oeuvre la plus minimale. Tombée du ciel, une météorite ancre la toile, tandis que tout en haut, vibre une coccinelle cerf-volant prête à s’envoler, retenue à un fil d’araignée traversant le tableau en souple diagonale.

Bleu II est le pilier central du triptyque. Sur la quiétude fluide de son espace indéfini, se découpe à la lisière de l’oeuvre, en une gestuelle oblique de banderille, une lance ensanglantée qui ressemble à une blessure. L’intense couleur de cette forme, pour peu qu’on la fixe des yeux, projette sur le fond bleu des rayures cinétiques rouge flou ! Elle est escortée d’une portée de gouttes, lunes noires, galets, notes de musique…

Sa partie haute est ombrée de bleu tremblé. L’artiste l’a voilée d’une légère couche de rouge qui laisse transparaître une remontée de bleu du support. Puis, il l’a ceinturée d’une ganse vermeille. A moins, qu’inversement, les pigments issus du bourrelet aient diffusé dans ceux du fond bleu encore humide. Ce fil rutilant cernera tout le pourtour de la forme.

Dans la partie basse, la charge de peinture est travaillée graduellement de recouvrements huileux, jusqu’à s’embraser à la pointe d’une flèche vermillon. – Les trois peintures obéissent à la consigne classique : dessous maigres et superpositions progressivement épaissies en liant gras – En excès d’huile, la couche picturale s’écorche ici en minuscules particules de peau pigmentée, prodiguant une chaude texture au travers de laquelle on devine parfois comme le souvenir bleu du support sous-jacent.

L’ombre indécise qui auréole le pourtour de la forme est probablement due à un reliquat d’huile qui se propage par capillarité en un halo rosé sur l’azur du fond. En outre, des rehauts la creusent pour la sous-tendre d’un relief de véhémence. Si le regard se noie dans le bleu, il se produit alors une propagation de coulées bleu lactescent qui répondent à des passages de nuées violines.

Les aplats lunaires bien que lissés de noir, paraissent en apesanteur. Ces petits pas de jeu de marelle, conjugués à la plateforme rouge, ont des affinités avec les mobiles de Calder. Le peintre et le sculpteur, liés d’amitié, partagent l’idée de liberté et un art inventif, ludique et poétique allié à la grâce du mouvement.

Sur le fond céruléen de l’oeuvre, s’égrainent à l’infini le rouge incandescent d’une turbulence de soleil, et le noir d’éclipses de lunes…

 

Accrochage du triptyque Bleu 1, Bleu 2, Bleu 3 au Centre Pompidou :
http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/peinture/les-trois-bleus-de-miro-au-centre-pompidou-un-reve-une-evidence-108961

« Encres & PastelLithes » clip vidéo de Françoise Renaud

J’ai plaisir à vous faire partager le clip vidéo Encres et PastelLithes que Françoise Renaud, écrivain, a réalisé autour de mes encres illustrant son récit Inondation, à l’occasion des deux journées du 18 et 19 juillet 2015, dédiées aux rencontres des ateliers d’artistes du Chemin des z’Arts de Saint-Laurent-le-Minier.

Pour télécharger Encres et PastelLithes cliquer sur le lien  ​​ JOFFRE.avi

En cas de panne au niveau du lien ci-dessus, vous pouvez voir la vidéo Inondation

ici sur YouTube https://www.youtube.com/watch?v=brstpiE02Us
ou
à partir du site perso de Françoise Renaud sur la page « Inondation » http://www.francoiserenaud.com/bibliographie/romans-recits/inondation/

NB La musique des Pink Floyd qui accompagne la vidéo ne se déclenche pas dès l’ouverture mais s’imprègne tout doucement…

Petite suite à Chemin des z’Arts

Le 18 et 19 juillet 2015 se tenait le rituel Chemin des z’Arts à Saint Laurent le Minier en Cévennes, fidèle à lui-même, après la catastrophique crue qui s’était abattue sur le village à l’automne dernier. Grâce à la détermination et la solidarité des habitants du village en reconstruction, l’évènement a eu sa floraison.

Françoise Renaud, écrivain, qui a vécu le désastre et le relate dans son récit Inondation – illustré de mes encres – m’a invitée, à l’occasion de Chemin des Arts, à exposer dans son jardin renaissant.

Le tronc du cerisier, elle l’a caparaçonné d’une encre rotonde. Ci-dessous 3 prises de vue de Françoise, attachées à la matière.

 

  zArts_chez_Françoise_18_07_2015_089_LLe bouclier du guerrier

.

.

.

zArts_chez_Françoise_18_07_2015_090_L

 Une coulée de gomme arabique approche, féline, l’encre sur papier,

comme si elle fleurait l’apport de colle dans l’aplat du trait d’encre mat

.

.

.

zArts_chez_F_cerisier_caparaçonné_lignes_18_07_2015_002_L

 Les lignes éclair de l’encre vive sur papier

et les callosités ligneuses de l’écorce sont pourtant de même famille !

 

 

 

Chemin des z’Arts

 

Chemin des z’Arts 2015
Saint-Laurent-le-Minier

zArts_chez_Françoise_18_07_2015_L_chaussureF
zArts_chez_Françoise_18_07_2015_L_chaussureMLLes 18 et 19 juillet 2015, mon jardin a accueilli les œuvres de Marie-Lydie Joffre à l’occasion du Chemin des z’Arts. Les visiteurs ont pu les contempler tout autant que le paysage, marqué par la catastrophe survenue l’automne dernier.
Merci à tous ceux qui sont passés par là.

Françoise Renaud

zArts_chez_Françoise_18_07_2015_089_L

zArts_chez_Françoise_18_07_2015_002_L

zArts_chez_Françoise_18_07_2015_022_L

zArts_chez_Françoise_18_07_2015_083_L

zArts_chez_Françoise_18_07_2015_087_L
zArts_chez_Françoise_18_07_2015_013_EnfantsPLT
zArts_chez_Françoise_18_07_2015_009_LDe gauche à droite : Marie-Lydie Joffre, Chantal Bossard et Françoise Renaud
Photographies 1,3,4 et 5 : Françoise Renaud / 2 et 6 : Chantal Bossard
Blog du Chemin des Z’Arts

Aquarelle de Delacroix. Interaction du fond et du sujet en peinture (3)

Cheval effrayé par l’orage est une aquarelle romantique d’Eugène Delacroix. Au premier plan, le cheval qui se cabre semble émaner de la fougue du ciel, grâce à la préparation dynamique du fond de l’oeuvre sur lequel il se découpe en un contraste saisissant de luminosité. Un ciel profond, noir nuagé de verts, dont on devine par endroit le grain du support papier, un sol éclairé sépia, et entre les deux, une étendue glacée de noir à la finition du travail, servent de mise en valeur au corps elliptique du cheval dont la silhouette électrisée, zébrée de zones verdâtres, a été préalablement réservée sur le support dès la mise en oeuvre.

 Delacroix_cheval_LCheval effrayé par l’orage. Aquarelle d’Eugène Delacroix. 23,6x32cm. 1824. Budapest, musée des Beaux Arts.

Médusé, le cheval est peint à l’aide des éléments. Les ombres vertes et sombres du corps et des pattes y sont puisées, réchauffées parfois d’un lavis brun de la teinte du sol ou soulignées de vert clair pour trancher sur les tonalités sombres. Les pattes en zigzag font écho à la fulgurance des éclairs. La crinière et la queue miment le tumulte des nuages à coups de vagues de flammèches d’où émergent des figures de harpie, de dragon…

A noter que la touche verte, posée directement sur le blanc du papier, est aérienne. Rare en aquarelle, la texture des rehauts est pâteuse, toutefois fouettée par le trait nerveux de Delacroix. Les parcelles du support papier non recouvertes de peinture chauffent le cheval à blanc. Au cœur de l’œuvre, des pointes écarlates, complémentaires de toute cette véhémence de jade, ajoutent un cerne dramatique aux yeux exorbités, naseaux flageolants, oreilles dressées en bec d’aigle crachant le feu du ciel !

Pastel d’Odilon Redon « La naissance de Vénus ». Interaction du fond et du sujet en peinture (2)

 

Observation du pastel d’Odilon Redon « La naissance de Vénus »

REDON_VENUS_braceletLa naissance de Vénus, Pastel, Odilon Redon, vers 1912, 84,4 x 65 cm, Musée du Petit Palais, Paris

Reproduction scannée dans l’album Redon » chez Taschen. 

Le pastel d’Odilon Redon, La naissance de Vénus, est construit en trois phases. Le fond, de couleur froide, le premier plan de couleur chaude et le sujet, soit Vénus qui fait le liant entre les deux volumes de cette planète. Est-ce la mer qui se profile tel un ciel en arc de cercle, moutonné de gerbes turquoise et bleu ou serait-ce le ciel ? Est-ce une mer intérieure qui se réfléchit dans la fosse noire exacerbant les bleuités vert sombre de chimères animales et botaniques ? Les imprécisions des oeuvres d’Odilon Redon cultivent le mystère. Les faisceaux de hachures qui font la texture de l’oeuvre, tracés d’une main indolente mais déterminée, nous aspirent dans l’alvéole du rêve. Au centre de l’oeuvre un rempart de crêtes ensoleillées encercle un promontoire encombré. Vénus en surgit comme d’un magma. Elle ne naît pas de l’onde, offerte en lumière sur une frêle coquille métaphorique à l’instar de la déesse de Botticelli, mais d’un récif périlleux, informe, voué aux gémonies. L’arc de cercle noir en bas de l’oeuvre semble être le premier jet du dessin d’une barque !

Vue de trois quart, nue, debout dans une anfractuosité, sorte de vasque, d’embarcation qui prend l’eau, de menhir renversé, ne sachant pas où prendre pied, instable, Vénus se contorsionne de pudeur. Les contours de son corps sont dessinés sur une réserve du support préservée de pigments. La couleur ocre jaune du support papier donne sa tonalité au corps, juste rehaussé dans la tonalité. Tête et bras ont subi un estompage fantomatique à partir de la poudre des nuées aquatiques. La déesse a la tête dans les nuages de vagues, son diadème est éclairé. Cette grande économie de moyens la projette toute lisse et légère au premier plan. L’ocre est visible à travers les couches de pastel aérées, non superposées, en un fourmillement sous-jacent de grains de sable chauds.

Rupture de style, une grande tache plâtrée de blanc jusqu’à la trame du support et qui fait penser à un animal en fuite, nous met soudain devant la dure réalité d’une lumière de réveil brutal. La naissance de Vénus a l’étrangeté onirique des oeuvres d’Odilon Redon.

 

…………………………

 

Pastel piqué. Des piqures de moisissures se sont invitées avec le temps, repérables surtout en haut de l’oeuvre. Les doigts du pastelliste travaillant la poudre, en contact direct avec les pigments et le support, laissent des traces dont se réjouit parfois l’humidité !